RetourPhilosophie de la chatterie
Mon programme d'élevage Je suis tombée raide dingue amoureuse du balinais avec Chewb. J'aime tout en lui, son caractère de pizza aux anchois (ça a l'air bon et finalement c'est trop salé, mais on s'y attache quand même et à la fin on en redemande) sa démarche impériale, ses goûts de luxe (je vous ai raconté que Monsieur ne mange pas ses croquettes si je ne lui mets pas un petit tapis sur le sol, devant son bol, pour qu'il n'ait pas froid aux papattes ?) sa voix de crécelle et son obstination de poule d'eau à toujours vouloir être là où il ne faut pas au mauvais moment, genre étalé en plein milieu de l'escalier pendant qu'on descend les bras chargés, ou sur mon épaule au moment où je me baisse pour remplir le lave vaisselle... *soupir* Son poil est magnifique, sa queue est sublime, ses yeux sont extraordinaires (bon, ok, ils pourraient être un peu plus foncés) et son corps est une merveille. Tout ça, je voudrais le sauvegarder. Depuis le début, le seul reproche à lui faire concerne ses oreilles, trop courtes, trop hautes. C'est pourquoi je suis passée par le croisement avec des femelles siamoises bien typés et que j'ai gardé une première génération de variants (siamois porteurs du gène poil long) dans le but de les marier et d'avoir au moins une jolie balinaise dans la portée. Il y a beaucoup de risques que ça ne soit pas le cas. Premièrement, les chances d'avoir un bébé balinais lors d'un croisement variant X variant ne sont que de 25%, deuxièmement, même s'il y en a une, rien ne dit qu'elle sera correctement typée. Qu'importe, ça sera le prochain mariage de la lignée, s'il ne donne pas les résultats escomptés, j'en ferai d'autres avec Dazzle et sans doute un autre mâle, puisque je ne compte pas garder Deli. Pour l'instant j'ai choisi de travailler uniquement le type et les couleurs classiques, mes préférées étant les couleurs claires, bleu et surtout lilas pour le balinais auquel, à mon goût, les couleurs foncés conviennent moins parce qu'elles alourdissent son physique. Je rêverais d'avoir une belle balinaise blanche, mais ça sera sans doute pour plus tard... Les retraités. Ca, c'est un terrible problème. Comment garder tous ses chats dans un espace aussi restreint, alors qu'on n'a pas assez de bras pour les câliner tous en même temps ? Comment placer une femelle qui a partagé un ou deux ans de notre vie ? Le dilemme est insoluble, c'est choisir entre se couper un bras ou se planter une jambe dans le dos... Je ne peux pas dépasser un certain nombre de chats à la maison, il y en a déjà 6 et je pense que c'est pas loin du maximum tolérable pour vivre en permanence avec nous, portes ouvertes, toutes pièces accessibles sauf la nuit où j'enferme Sulie, China, Dazzle et Deli dans la nurserie pour avoir une demie nuit de sommeil avec les poils de Chewb dans les narines. Deli sera placé une fois que Dazzle aura eu sa première portée. Un mâle entier, même s'il ne marque pas, passe son temps à essayer de saillir les femelles, et Deli est un mâle robuste, très grand et très entêté... Je sais qu'il fera un merveilleux chat de compagnie, câlin à mort et ronronneur, mais le garder entier à la maison, avec des femelles entières, c'est courir à la catastrophe. Il n'empêche que cette perspective me terrifie, je n'ai jamais eu à placer un adulte et j'étais à moitié désespérée après le départ de chaque chaton que j'ai vendu, je n'ose donc pas imaginer les premiers jours qui vont suivre le départ de Del, même si depuis sa naissance je me répète tous les jours que je devrai m'en séparer. L'harmonie du groupe est une chose fragile qui peut changer en une fraction de seconde, pour l'instant tout le monde s'entend bien, les chats dorment en pile les uns sur les autres et Sulie est un vrai chien de berger qui veille à ce que le troupeau reste groupé, c'est pourquoi y incorporer un nouvel élément ou en retirer un est dangereux, il se peut que cet équilibre soit rompu et ne se reconstruise jamais... Pourtant, j'espère garder une femelle de Dazz, ce qui ajouterait un chaton, et même acheter un autre mâle assez rapidement. Cette fois, pour éviter de perturber le groupe et surtout que je m'arrache la moitié du dos au moment de le replacer, il ira vivre chez ma nièce de manière à ce qu'il puisse saillir mes femelles en temps voulu sans harceler celles-ci tous les jours, sans marquage (du moins je l'espère) puisqu'il vivra en unique mâle de la maison, sans quarantaine ni risque de surcontamination par effet de groupe, sans avoir à le traumatiser par un replacement une fois qu'il sera castré puisqu'il sera déjà dans son nouveau foyer. Que ça soit au niveau sanitaire, logistique ou psychologique, je n'y vois que des avantages. L'objectif d'Un prince à Paris. Fabriquer mon chat de rêve pour moi, en sale égoïste que je suis, histoire de me faire encore plus mener par le bout du nez par une satané boule de poil qui n'en fera qu'à ses moustaches (s'il est possible que je sois plus amoureuse d'un chat que du Chewb, ce qui frise déjà l'indécence... Non ça la frise pas, ça l'a permanenté depuis longtemps !) Avoir des chats de compagnie qui font de temps en temps une portée dans laquelle il y aura peut être un chaton pour vous, qui êtes en passe de devenir le parfait petit esclave d'un tortionnaire à poils longs, et je l'espère encore plus un adorable petit chaton pour moi qui gâtiserai comme une mémé, et sans la moindre honte en plus ! Je sais bien que ça n'est pas avec cette philosophie là que je me retrouverai sur les podiums, et je remercie d'autant plus chaleureusement les grands éleveurs qui se sont donné du mal pour que des faignasses dans mon genre puisse bénéficier de leur travail, mais je sens que je ne pratiquerai pas l'élevage très longtemps, sans doute juste assez longtemps pour faire naître quelques jolis chatons et avoir la joie de vivre avec eux, puis je me contenterai du bonheur de pouvoir m'extasier quotidiennement devant tant de beauté et de perfection...